Article

Chirurgie et Ostéopathie

Préambule

L’ostéopathie est aujourd’hui réputée pour son intérêt dans la prise en charge des douleurs de l’appareil locomoteur. Son efficacité pour les troubles digestifs, urinaires, gynécologiques,respiratoires, migraines, céphalées, troubles ORL,… est de plus en plus reconnue.

Mais alors qu’en est-il de son intervention dans la chirurgie ?

La reconnaissance de toutes les médecines non conventionnelles, les progrès de la médecine et l’élaboration de nouvelles stratégies thérapeutiques visent à éviter le plus possible les opérations. Cependant, la chirurgie s’avère parfois être la seule solution.

En France, environ 5 millions d’interventions chirurgicales ont lieu chaque année.  Or, les suites d’opérations peuvent parfois être longues et compliquées. Une intervention n’est jamais bénigne. Les effets sur le corps ne sont pas négligeables et parfois de nombreux effets indésirables peuvent apparaître après une chirurgie.

L’ostéopathie une alternative à la chirurgie

Selon le cas, l’histoire médicale du patient, la sphère qu’elle touche et avec l’avis d’autres professionnels de santé, l’ostéopathie peut dans certains cas être une alternative moins invasive qu’une opération chirurgicale. En effet lorsque la question d’une chirurgie se pose, il est normal d’essayer de trouver une solution plus naturelle.

De nombreux cas de pathologies tel que le syndrome du canal carpien, la sciatique, la névralgie d’Arnold, la névralgie pudendale, l’endométriose, et bien d’autres encore trouvent une solution en première intention avec l’ostéopathie.

Suite à vos séances, si vous n’obtenez pas de résultat satisfaisant envisagez alors l’opération chirurgicale en pesant bien le pour et le contre. Mais attention, l’intervention chirurgicale n’est pas toujours miraculeuse. Prenez bien en considération le taux d’échec, le taux de récidives et d’effets secondaires avant de vous lancer !

L’ostéopathie prépare à l’opération chirurgicale. 

Vous avez une opération prévue, qu’elle soit réparatrice ou esthétique ce n’est pas un acte anodin pour votre corps.

L’opération chirurgicale est avant tout un acte traumatisant, même les opérations dites exploratoires qui sont moins lourdes tel que les endoscopies, les coelioscopies, les coloscopies, les cystoscopies, etc… sont des examens invasifs qui demandant une préparation importante et une période de convalescence plus ou moins longue.

Dans le cadre d’une opération, il est question d’intervenir sur une structure dont l’anatomie est lésée ayant justement pour but de renforcer le corps et de permettre à la structure opérée de remplir à nouveau sa fonction.

Ces interventions sollicitent durement le système immunitaire. Les contraintes tissulaires, organiques et structurels sont importantes (lésions initiales liées au traumatisme, voie d’abord, déplacements des tissus et structures, distensions, coupures, incisions, saignements, suture…). Sans oublier les effets secondaires liés à certains médicaments ou à l’anesthésie. Or si le corps fonctionne bien il sera plus à même de répondre de manière appropriée à cette « agression », et sont adaptation sera d’autant plus rapide.

C’est donc pour mieux appréhender votre intervention que l’ostéopathie vous accompagne en travaillant et préparant les différentes zones de votre corps sujet à subir des changements et des répercussions. L’ostéopathe redonnera de la mobilité aux structures impliquées dans l’intervention et de ce fait libère et facilite l’accès et le travail du chirurgien. Par un travail somato-émotionnel il libère les tensions permettant à votre corps de mieux appréhender le stress et l’anxiété de l’opération à venir.

L’ostéopathie est donc très utile en prévention d’une opération et ne nécessite pas de délais d’intervention, mais elle est d’autant plus recommandée en en post-opératoire. Effectivement la fatigue, le moral, la mauvaise cicatrisation, les douleurs post-opératoires sont autant de symptômes que peuvent subir les patients après l’opération et auxquels peuvent intervenir votre ostéopathe.

L’ostéopathie post-opératoire.

Durant l’intervention chirurgicale, le stress, l’anesthésie, la position opératoire, la zone d’intervention…sont des facteurs à ne pas négliger pour une récupération optimale. Une séance d’ostéopathie respectueuse du contexte, des structures traumatisées permet de rétablie une bonne homéostasie du corps (équilibre) et donne au patient les moyens précieux pour accompagner sa guérison.

  • Anesthésie

Chaque année, plus de 9 millions d’anesthésies générales sont pratiquées en France. De nos jours c’est la méthode la plus utilisée pour rendre votre corps insensible à la douleur durant l’opération.

Un cocktail d’hypnotiques pour vous endormir et maintenir votre sommeil, d’analgésiques pour vous éviter de ressentir la douleur et parfois de curares pour paralyser les muscles (nécessaire en chirurgie thoracique et abdominale), vous seront administrés avant de passer au bloc.

L’anesthésie n’est pas un acte naturel pour le corps et demande à l’organisme un effort supplémentaire pour éliminer les produits injectés et récupérer ses fonctions.

En temps normal les produits injectés devraient disparaître sous 24 à 48h après l’injection, mais vous avez sans doute dû remarquer pour certains, la difficulté à émerger et reprendre ses esprits en salle post-opératoire. C’est le cas lorsque les organes responsables de l’élimination des déchets ont reçu une charge de toxicité trop importante et qu’ils ne sont pas forcément préparés à travailler autant.

Les organes émonctoires comme le foie, les reins ou encore les poumons, responsables de l’élimination des résidus de médicaments peuvent donc être sur-sollicités. Il n’est donc pas rare après l’opération d’observer une diminution de leurs fonctions.

L’ostéopathe vous aide par un traitement global de drainage à éliminer les déchets des produits anesthésiants et autres médicaments. Les techniques viscérales optimiseront les organes émonctoires à amélioreront leur fonction permettant ainsi de retrouver une homéostasie (équilibre) plus rapidement.

  • Stress, fatigue physique et mental

Sans omettre l’impact de l’anesthésie, une chirurgie est traumatisante physiquement et émotionnellement. Que l’opération se déroule en urgence ou qu’elle soit préparée à l’avance, un stress général du corps peut être ressenti avant comme après l’intervention (stress post-traumatique). Ceci est un phénomène normal : votre corps qui a été mis à rudes épreuves doit dépenser beaucoup d’énergie pour se familiariser avec ce nouvel environnement intérieur.

Les conditions physiques, psychologiques ainsi que la nature du problème et la qualité de l’opération sont donc à prendre en compte dans le processus de guérison. Tous ces paramètres perturbent votre équilibre qui n’aura pas d’autres choix que d’accepter ce « nouveau soi ».

L’ostéopathe apportera beaucoup de solutions par des manipulations douces, et des techniques viscérales, travailler sur le système neurovégétatif ainsi que sur votre sphère émotionnelle vous aidant à réguler votre niveau de stress et votre sommeil.  Rétablissant ainsi le bon état général de votre corps qui lui permettra de stimuler ses capacités d’auto-guérison. 

Après l’opération il est fréquent d’observer des tensions physiques, post-traumatiques qui se révèlent articulaires ou tissulaires (post-opératoires), local ou a distance. En effet certaines chirurgies peuvent être longues et nécessitent de mettre votre corps et vos articulations dans des positions inhabituelles mais indispensable au bon déroulement de l’opération. Votre ostéopathe interviendra là aussi dans la prise en charge de ces différentes zones en redonnant une bonne mobilité à vos os, articulations, tissus, et organes perturbés, permettant ainsi à votre corps de s’adapter à cette nouvelle version de lui-même.

  • Cicatrisation

Chirurgie est synonyme bistouri ou encore cicatrice. Suite à votre opération, vous allez hériter d’une jolie (ou parfois moins jolie) cicatrice. Celle-ci est le reflet de ce qui se trame un peu plus en profondeur, sous votre peau.

Il faut imaginer un ensemble de réseaux tissés à « l’intérieur », un peu comme une toile d’araignée qui relie votre peau à vos organes eux-mêmes rattachés à votre architecture osseuse.

Pendant l’intervention, de nombreux tissus subissent des changements physiologiques et organiques. Certains organes ou vaisseaux sont déplacés, les tissus sont lacérés ou sectionnés, engendrant le phénomène naturel de défense du corps qui par l’auto-guérison tentera de réparer du mieux possible ces lésions et cicatrisera.

Ces cicatrisations plus ou moins orientées ou anarchiques s’accompagnent d’un phénomène appelé “adhérence”. Les adhérences cicatricielles ainsi que les fibroses importantes enraidissent et limitent l’amplitude articulaire, réduise la tonicité musculaire, entrave la mobilité organique et donc la fonction.

Selon l’endroit de ces adhérences, celles ci peuvent entraîner des gènes, des douleurs, ayant des effets néfastes sur le plan fonctionnel tel que des troubles du transit, des infections urinaires à répétitions, etc

L’ostéopathe va notamment travailler sur ces « adhérences » par des techniques douces afin de redonner une souplesse et élasticité à ces tissus traumatisés, ce qui améliorera leurs fonctions et soulagera le patient.

L’ostéopathe pourra aussi vous donner des petites astuces pour travailler vous même votre cicatrice afin d’éviter les adhérences et la faire « disparaitre » plus rapidement​​​.

  • Rééquilibre postural

Les périodes d’hospitalisation et d’immobilisation peuvent avoir des effets secondaires. Des contraintes posturales peuvent apparaître suite à votre opération, provocant : perte musculaire, troubles vasculaires suite à l’alitement prolongé, problèmes de compensations posturales en lien avec les attitudes antalgiques, douleurs inexpliquées qui subsistent même si l’opération s’est bien passée… etc.

Comme expliqué précédemment en fonction de la modification et des perturbations chirurgicales, selon la position de votre corps durant l’opération, ou bien la durée de votre immobilisation les effets peuvent être plus ou moins importants. Votre ostéopathe pourra soulager ces douleurs et libérer les tensions en s’assurant de redonner de la mobilité à vos tissus, muscles, etc.

L’ostéopathie peut aussi permettre de dépasser ces blocages physiques qui peuvent être liés à des compensations dues à la pathologie avant l’opération chirurgicale ou bien à la sphère émotionnelle et psychologique.

En cas de chirurgie dentaire il est fortement indiqué de consulter votre ostéopathe. Pose de prothèse, extraction, etc. cela entraîne des adaptations posturales importantes. Le travail de votre ostéopathe permettra de faciliter cette adaptation ou d’en corriger les désagréments.

Des cervicalgies importantes peuvent subvenir après une intubation de par les tensions subies sur la gorge. Votre ostéopathe vérifiera la bonne mobilité de votre œsophage et de vos vertèbres cervicales, auxquelles ce dernier est rattaché. Il pourra également travailler sur l’ensemble des tissus enveloppant l’œsophage : les fascias et réduire considérablement ces douleurs.

Après une opération sous cœlioscopie : on peut remarquer des douleurs aux épaules ou à la nuque, provoquées par le gaz injecté pour « gonfler » le ventre lors de l’opération. A la suite de celle-ci, il peut se loger au niveau des épaules et être responsable de douleurs. Ici aussi votre ostéopathe vous sera d’un grand réconfort.

A la suite d’opérations plus classiques (avec ouverture de l’abdomen par exemple) l’intestin peut devenir, dans les heures et les jours qui suivent, « paresseux ». La reprise du transit est souvent un passage peu agréable, précédé par une période de ballonnement abdominal inconfortable. L’ostéopathie peut aussi vous apporter des solutions dans ces cas là !

Conclusion.

L’ostéopathie intervient dans des domaines où le grand public ne l’y attendait peut-être pas spontanément.

Elle offre un soutien comme approche palliative. Elle optimise les conditions tissulaires tant localement qu’au niveau de l’état général du patient et prépare ce dernier à l’opération. Elle libère d’une part les tensions physiques liées au traumatisme (approche globale). D’autre part, elle prend en charge les tissus impactés suite au traumatisme et à l’intervention chirurgicale. Avec des techniques très douces, il est possible de libérer les tensions tissulaires afin de redonner souplesse et élasticité aux tissus, et limiter dans ce sens les effets liés aux adhérences.


Extraction dentaire, chirurgie orthopédique, chirurgie viscérale, chirurgie ORL, stéréotomie, cœlioscopie. L’ostéopathe peut intervenir en pré opératoire sans délais avant l’intervention, toutefois pour une prise en charge ostéopathique post opératoire il est important de respecter un délai de 3 semaines après l’intervention

N’hésitez pas à prendre contact avec votre ostéopathe pour en savoir plus.

« Notre vie n’est que mouvement »

(Michel de Montaigne)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s